Le jeu ciné FRCD - 20e édition
Semaine 10
Semaine 1
Semaine 2
Semaine 3
Semaine 4
Semaine 5
Semaine 6
Semaine 7
Semaine 8
Semaine 9
Semaine 10
Semaine 11
Semaine 12
Classement général
Règlement
F.A.Q.
À nouveau trois tortionnaires

La semaine est maintenant close, place aux réponses et au classement...
Question 1 : Quel film ?
Réponse : Boogie nights, Paul Thomas Anderson, 1997.
Proposé par Fred Loukass
Et non, ce n'était pas Christopher Reeves mais bel et bien Mark Wahlberg sur le portrait (hilarant n'est ce pas ?) ! Juste avant son cultissime « Magnolia », Paul Thomas Anderson (ne pas confondre avec un homonyme prénommé Wes, réalisateur de lénifiantes et indigestes mièvreries quasi sauvées par la présence de Bill Murray) m'en foutait plein la gueule avec l'hilarant et nostalgique « Boogie nights » au casting de rêve ! Vous avez quand même échappé au monstrueux zob final en image principale :-)
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 2 : Quel film ?
Réponse : Scarface, Howard Hawks, 1932.
Proposé par Fred Loukass
Les organisateurs du jeu FRCD ont maintes fois proposés le « Scarface » de De Palma... et jamais l'œuvre maîtresse d'Howard Hawks !!!!! Voilà une erreur inacceptable réparée par Le Grand Fred Loukass ! En plus c'était cadeau, la "croix" étant un symbole omniprésent dans le film ! Culotté quand même l'Howard, d'évoquer ainsi une passion incestueuse en ce début des années 30 !
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 3 : Quel film ?
Réponse : Les biches, Claude Chabrol, 1968.
Proposé par Xtof
Arrêterons-nous un jour ? Encore un Chabrol ! Sorti en 1968, la même année que « The killing of Sister George », « Les biches » est sur le thème du saphisme à tendance pyschopathe d’une décence incroyable à côté du Aldrich dont la scène de touche-pipi finale est filmée comme un assaut vampirique. Chabrol transpose sur deux femmes les habituels jeux de pouvoir, fascination et répulsion qui caractérisent les duos masculins de nombre de ses films de l’époque. Au grotesque pris en charge par les Zardi/Attal – couple de piques-assiettes crypto-homo à la mode de Bouvard et Pécuchet – répond le somnambulisme papillonnant de Stéphane Audran et l’étrange lueur dans les yeux de la belle Jacqueline Sassard qui pense peut-être au futur milliardaire qu’elle va épouser après ce dernier rôle pour le cinéma. Le « Persona » du père Claude.
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 4 : Quel film ?
Réponse : Spetters, Paul Verhoeven, 1980.
Proposé par Mister Zob
Quatrième Verhoeven de la session... et pas des moindres ! « Spetters » est un superbe film d'une justesse incroyable. C'est particulièrement audacieux, souvent très cru mais ce n'est jamais gratuit. C'était l'époque où le duo Verhoeven (mise en scène) + Soeteman (scénario) était au sommet. Espérons que leurs retrouvailles pour « Zwartboek » nous offriront un film du même tonneau !
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 5 : Quel film ?
Réponse : Le train (The train), John Frankenheimer, 1964.
Proposé par Mister Zob
Un grand film de guerre, ce qui n'est pas surprenant de la part de Frankenheimer... Les combattants de l'ombre y sont présentés avec rigueur et respect. Ici pas d'héroïsme tape-à-l'œil ni de récit romancé pour rentrer dans les canons hollywoodiens. Non, la mise en scène est carrée est sans fioritures, le casting est sans faille (Burt Lancaster, Michel Simon, Jeanne Moreau), l'histoire est implacable et ça suffit à donner un grand film.
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 6 : Quel film ?
Réponse : Killer klowns from outer space, Stephen Chiodo, 1988.
Proposé par Fred Loukass
Un hommage à une équipe organisatrice du jeu FRCD (KKFOS qu'elle s'appelait) et un film surprenant : série B bariolée et complètement bizarre et qui m'avait stupéfait lors d'une diffusion sur Canal+.
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 7 : Quel film ?
Réponse : Mon XXe siècle (Az én XX. századom), Ildikó Enyedi, 1989.
Proposé par Xtof
De « Mon XXème siècle » d’Idliko Enyedi, vu il y a quinze ans (datez-moi grâce à cet élément en vous aidant de carbone 14), il ne me reste que des bribes merveilleuses – la plus belle étant la sublime Dorotha Segda dans un triple rôle, Maman et ses deux fillettes jumelles, une créature de grand hôtel peut-être échappée du « Désir » de Borzage et une jeune anarchiste vivant dans un taudis mais forcément resplendissante puisqu’elle est Dorothea. Je me souviens d’un âne, de la danse des étoiles, du noir et blanc superbe, d’une conférence sur l’inégalité des sexes, d’une scène où un monsieur a du mal à se débarrasser des jupons de la belle, d’un labyrinthe de miroirs, d’un rire de femme et de l’embouchure d’un fleuve. Je me souviens surtout que cela était fort bien.
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 8 : Quel film ?
Réponse : Les lois de l'attraction (The rules of attraction), Roger Avary, 2002.
Proposé par Xtof
Roger Avary est peut-être un petit malin mais il m’a eu pour la deuxième fois avec ces « Lois de l’attraction » après son remarquable « Killing Zoé ». Méli-mélo temporel à base d’histoires de sexe et de romance narrées subjectivement par des étudiants et étudiantes si possibles drogués et déviants, le film est à la fois cool et glacé, plein et creux, clinquant et cruel. Si les acteurs sont un peu trop vieux pour leurs rôles, les regarder est une joie sans la souffrance (moi aussi, je fête à ma manière les 20 ans de la mort de Truffaut !), particulièrement le bombesque James Van Der Beek qu’Avary semble avoir dirigé en lui demandant de copier Malcolm Mc Dowell dans « Orange mécanique ». Ajoutons à notre plaisir la formidable B.O. qui culmine avec "Stop !" d’Erasure sur le générique de fin. Comme dirait Nick Kent de Libération, "Recommandé".
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 9 : Quel film ?
Réponse : Les patriotes, Eric Rochant, 1994.
Proposé par Mister Zob
Pourtant loin d'être parfait, ce film de Rochant, je l'adore. À des années lumières de l'espion romantique que l'on a l'habitude de voir au cinoche, Rochant nous offre un film voulu réaliste, réellement fascinant et finalement assez effrayant. Une belle réussite qui peut paraître entachée d'une narration pas toujours très fluide, mais probablement voulue ainsi. Et puis dans ce film, Kiberlain me rend complètement fou !!!
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 10 : Quel film ?
Réponse : A Canterbury tale, Michael Powell & Emeric Pressburger, 1944.
Proposé par Xtof
Pffff, encore un film qui surnage dans ma mémoire vive grâce à l’impression formidable que j’en avais retiré. « A Canterbury tale » fait partie de la veine régionaliste de Powell, celle des « Je sais où je vais » et autre « The edge of the world ». Le début, très étonnant, offre une scène de près de cinq minutes dans un noir à peu près total. Des films de guerre du tandem Powell/Pressburger, c’est peut-être le plus beau et le plus fervent. Je me souviens de l’apparition de la cathédrale de Canterbury (indice 1, bravo à ceux qui l’ont reconnue) comme d’un moment très fort. Je me souviens trop, me direz-vous, il est temps de revoir !
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 11 : Quel film ?
Réponse : 20 000 lieues sous les mers (20,000 leagues under the sea), Richard Fleischer, 1954.
Proposé par Fred Loukass
"Captain Némo... Captain Némo" (chantez avec moi tous en chœur sur l'air de Captain Iglo, vous verrez ça marche très bien) ! Un autre scandale réparé par LGFL, à savoir l'absence au jeu FRCD de ce spectaculaire et angoissant (oui moi j'ai toujours peur de la grosse pieuvre) film d'aventures qui a marqué l'enfance de bon nombre de morpions ! Bon OK ça manque de sexe (on voit quand même Kirk Douglas rouler une pelle à l'otarie) et de scènes cruelles (on y électrocute allègrement du cannibale quand même) mais je vous rappelle qu'on est chez Walt Disney !
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 12 : Quel film ?
Réponse : Blue holocauste (Buio Omega), Joe D'Amato, 1979.
Proposé par Mister Zob
C'était très difficile, je l'admets. Pourtant le son des Goblins (indice 1) était aisément reconnaissable et l'IMDb pouvait aider à faire le tri. Indéniablement le meilleur film de Joe D'Amato. Le rythme lent, la musique envoûtante des Goblins, le récit qui laisse des zones ombres sur le passé des protagonistes et bien sûr le "gore qui tache" de certaines séquences contribuent à générer une atmosphère très pesante et foncièrement malsaine. Un film viscéral, qui ne laissera pas indifférents les amateurs du genre.
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 13 : Quel film ?
Réponse : Touche pas à la femme blanche, Marco Ferreri, 1974.
Proposé par Xtof
« Touche pas à la femme blanche » de Ferreri est, pour faire vite, une reconstitution de la bataille de Little Big Horn (remember Custer etc..) dans le trou des Halles avant l’érection - du calme, Fred ! - de Beaubourg.. Les étoiles de l’époque y virevoltent en costume d’époque s’amusant comme des petits fous, de Piccoli en Buffalo Bill éthylique au couple Mastroianni/Deneuve en passant par Reggiani en bouffon indien rasé (je parle du crâne) et last but not least Alain Cuny, Sitting Bull impérial, comme de coutume. Il n’est pas sûr que le film – hénaurme – ait bien vieilli ni qu’il soit très bon mais il ne ressemble à rien de connu, ce qui est une vraie qualité. Qui de nos jours oserait un projet pareil ? Voit-on Catherine Breillat mettre en scène le procès de Marie-Antoinette dans les anciens Abattoirs de Pantin ou Cronenberg transposer la bataille du Mont Ohod sur les ruines du World Trade Center ? Et je ne parle même pas de nos stars qui n’assument plus le pétage de plombs que dans des merdes peu ragoûtantes. « TPALFB » est donc le signe d’une époque révolue, un fossile de folie lourde assez chérissable finalement.
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) : (1)
Question 14 : Quel film ?
Réponse : Le cercle infernal (Full circle), Richard Loncraine, 1977.
Proposé par Fred Loukass
Il y a bien longtemps, en avril 2001 plus précisément, j'avais déjà proposé « Le cercle infernal » (cf les archives) ! Dans mon commentaire, j'évoquais la merveilleuse musique de Colin Towns !
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :
Question 15 : Quel film ?
Réponse : Oliver Twist, David Lean, 1948.
Proposé par Mister Zob
La meilleure adaptation d'un roman qu'on ne présente plus. Une photographie et des décors hallucinants, une mise en scène à la fois classique et audacieuse, des acteurs admirablement dirigés,... un putain de grand film, sombre à souhait !
Question (3 points) : Indice 1 (2 points) : Indice 2 (1 point) :


Notes et indications
  1. [Question 13, indice 2] Cette image n'est pas extraite du film cherché.


Scores
1La Ligue des Gentlemen au clair de lune32
2Les Idiots fondue ski28
3Buñuel se escribe con Ñ27
4Ga Bu Zo Meu18
5ÉLiasz_17
6Les Valseuses16
7Loose Team14
7Mi nombre es Legión14
9Carlito Brigante8
10Vincent Lefèvre5
11Akatowek4
12Domicile Conjugal3
12meaT CAB3

Pour voir le détail des scores, cliquez ici.
Le jeu ciné FRCD - 20e édition
aide